dimanche 12 avril 2015

DFHM : termes en HÉTÉRO-

Extrait de mon Dictionnaire français de l'homosexualité masculine.


Ces termes ainsi que ceux en HOMO- sont isolés en raison de leurs grandes notoriétés ainsi que de la fausse symétrie qu'ils introduisent entre le comportement majoritaire et la "variante". Selon certains, la promotion de ces termes relèverait d'une sorte de guerre linguistique dont le militant gay Robert Roth (1950-1990) me disait que l'existence ne devrait jamais être révélée au grand public.



Photo Ungarische Nationalbibliothek


HÉTÉRO, adj. et subs.

Cette abréviation est amplement justifiée par la longueur du mot qu’elle abrège.

« Je remercie bien sincèrement l'orateur qui a pris notre défense, il a parlé comme aurait parlé un homosexuel et c'est étonnant de la part d'un hétéro, si intelligent qu'il soit [...] On ne peut appeler vicieux les jeunes gens, les pédérastes, qui s'adonnent exclusivement à l'amour des hommes ; les hétéros qui jouissent des pratiques homosexuelles sont beaucoup plus coupables ...eux, sont véritablement des dépravés. »
Inversions, n° 4, mars 1925.

Dans les annonces de rencontre, le « look hétéro » est souvent annoncé, plus rarement demandé (Têtu, 2002).

HÉTÉROCENTRISME

« La bisexualité a le mérite de multiplier le champ des possibles par deux et de rompre radicalement avec la conception binaire de la sexualité et des rapports de sexe. Car, finalement, l’homosexualité reste encore dans le cadre construit par le patriarcat et l’hétérocentrisme. Je ne sais pas ce qu’en pense Jospin. »
Clémentine Autain, L’Humanité, 30 août 2001.

« Visibilité, acceptation, hétérocentrisme : les représentations actuelles de l’homosexualité à la télévision française »
Mathieur Cadot, Mémoire de fin d’études, IEP Lyon, 2004.

« Flannan Obé [président de SOS-Homophobie] a évoqué "une période charnière, où les gens se montrent de plus en plus". "De la base jusqu'aux élites, les homophobes qui l'étaient de façon un peu latente et qui n'avaient pas besoin de l'exprimer plus que ça, puisque la société l'était suffisamment, se sentent d'un coup presque menacés, a-t-il analysé. Des gens se sentent presque non seulement le droit, mais le devoir, de rétablir cet hétérocentrisme, c'est-à-dire la prédominance de l'hétérosexualité". »
http://www.lemonde.fr , 16 mai 2006.

HÉTÉROCRATE, HÉTÉROCRATIE

Masques, n° 7, Hiver 80-81, pp. 4-5

HÉTÉRODOXE

« Elle est loin, l’époque où l’on grillait en place de Grève les hétérodoxes sexuels dans le même sac que les chats et les sorcières. »
Jean-Louis Bory, Ma moitié d’orange, Paris : Julliard, 1973, chapitre L.

HÉTÉROFLIC

Terme apparu au début du mouvement FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire), en 1971.

« Les quelques auteurs qui se sont intéressés au mouvement gai français, remarquent, à travers le foisonnement d'idées qui jaillissent au FHAR, trois grandes luttes, regroupées sous un titre évocateur la Sainte-Trinité: le sexisme, le phallocratisme, l'hétéroflic (phallocrate qui condamne idéologiquement toute autre forme sexualité autre que la sienne). »
L’Archigai [Bulletin des archives gaies du Québec], n° 5, mars 1996.

HÉTÉROLAND

« Corinne Bouchoux, récente sénatrice de Maine-et-Loire, fait partie du premier groupe écologiste de l’histoire du Sénat, constitué juste avant les fêtes. Elle a aussi vite compris qu’elle ne passerait pas inaperçue au palais du Luxembourg : elle est en effet la première élue à se revendiquer lesbienne dans ces murs. « C’est hétéroland ici », rigole-t-elle. » (Le Parisien, 27 décembre 2011).


HÉTÉRONORMATIF, HÉTÉRONORMATIVITÉ

« Le projet queer – un terme intraduisible en français (1) qui signifie littéralement bizarre, hors normes – consiste à créer un espace théorique pour des discours variés et polyphoniques qui questionnent l’hétéronormativité, un espace dans lequel il serait possible d’explorer les intersections entre les fragments multiples des subjectivités (sexualité, genre, ethnie, classe, géographie, etc.) »
Line Chamberland, « Du fléau social au fait social », Sociologie et sociétés, volume XXIX, n° 1, printemps 1997.
1. Ce mot est parfaitement traduisible ; voir l’entrée « SPÉCIAL ».

« Engager une réflexion sur la création LGBT en tant que telle comme dans ses rapports à la culture hétéronormative et dans ce qu'elle participe ou non à l'élaboration d'une culture identitaire. »
Queer factory, octobre 2001 ; http://queerfactory.free.fr

HÉTÉROPARENT, HÉTÉROPARENTAL, HÉTÉROPARENTALITÉ

«  500 000, excusez du peu, badauds gay friendly compris, familles hétéroparentales avec enfants incluses, et toutes les tribus gay ou presque aussi. »
Delanoë Pride, Illico, 12 juillet 2001.

« La psychanalyste doit au demeurant faire remarquer que le fait d'inclure sous le même vocable des situations familiales totalement différentes les unes des autres au seul motif de la vie homosexuelle de l'un des parents est, pour la métapsychologie, dépourvu de tout fondement. La théorie psychanalytique distingue en effet le choix d'objet sexuel de la parentalité. Faudrait-il parler d'hétéroparents ? »
Geneviève DELAISI DE PARSEVAL, « Le PS face à l'homoparentalité », Libération, 22 juin 2006.

« famille hétéroparentale » (Inter-LGBT, Commission des lois, AN, 6 décembre 2012).

HÉTÉROPHOBE,  HÉTÉROPHOBIE

De l'anglais heterophobic (Eminem).

« L'hétérophobie est le rejet ou la peur de l'hétérosexualité comprenant une répulsion à l'égard des fantasmes, des désirs et des conduites hétérosexuelles et pouvant se traduire également par des attitudes négatives, voire discriminatoires, envers les individus d'orientation hétérosexuelle.
Face à l'homophobie et à la vulgarité de certains hétérosexuels, l'hétérophobie est pour certains un simple et juste retour des choses. »
Éric RÉMÈS.

Jean-Marie Le Pen ‏@lepenjm 9 novembre 2015
" J'ai été sacrifié, au mépris des valeurs morales, sur l'autel de la Pensée Unique par la mafia des hétérophobes du FN. "

HÉTÉROSEXISME, HÉTÉROSEXISTE

« L’origine profonde de l’homophobie est sans doute à rechercher dans l’hétérosexisme […] ce régime tend à constituer l’hétérosexualité comme la seule expérience sexuelle légitime, possible, et même pensable, ce qui explique que de nombreuses personnes traversent la vie sans avoir jamais songé à cette réalité homosexuelle, pourtant partout présente, et bien moins cachée qu’on ne pourrait le croire de prime abord. Mieux qu’une norme, qui supposerait encore une explicitation, l’hétérosexualité devient, pour ceux qu’elle conditionne ainsi, l’impensé de leur structure psychique particulière et l’a priori de toute sexualité humaine en général. »
Louis-Georges Tin (né en 1974), Introduction, Dictionnaire de l’homophobie, Paris : PUF, 2003. TINLuigi@aol.com

« L’hétérosexisme peut être défini comme un principe de vision et de division du monde social, qui articule la promotion exclusive de l’hétérosexualité à l’exclusion quasi promue de l’homosexualité. »
Louis-Georges Tin, article "Hétérosexisme", Dictionnaire de l’homophobie, Paris : Puf, 2003.

« Que doit-on entendre par ce terme "hétérosexisme" ? Il représente désormais le pivot de la lutte sociale et politique contre l’homophobie. […] L’hétérosexisme est une idéologie dominante, donc invisible pour ceux qui y sont soumis. Une de ses propriétés, comme le régime de la propriété privée pour Marx, est qu’elle structure de l’intérieur le monde social. »
Thibaud Collin, Le Mariage gay. Les enjeux d’une revendication, Paris : Eyrolles, 2005, chapitre 4.

« Notre société est hétérosexiste quand elle assure que l’hétérosexualité est supérieure à l’homosexualité, de la même façon que les hommes sont sexistes quand ils pensent être supérieurs aux femmes. »
Julien Picquart, Pour en finir avec l’homophobie, Paris : Léo Scheer, 2005, 1ère partie, chapitre 1.

HÉTÉROSEXUALITÉ

Ce sustantif provient soit de l’allemand Heterosexualität (années 1880), soit de l’adjectif français par dérivation. Alors que coniste n’était, à la fin du XVIIe siècle, qu’un terme du milieu homosexuel parisien, hétérosexualité et hétérosexuel appartiennent à la langue courante. Ainsi est établie, peu après le Parallèlement de Verlaine, une symétrie linguistique entre les deux orientations sexuelles, symétrie tempérée par l’existence de plusieurs synonymes d’homosexuel, et de très nombreux équivalents argotiques, alors qu’il n’en est pas de même pour hétérosexuel.

"Un inverti s'essayant à l'hétérosexualité (je l'ai déjà dit dans ces Archives d'Anthropologie) peut être aussi perverti qu'un individu auparavant normal se livrant à l'homosexualité. La passion de la similarité est aussi enracinée que celle du contraste sexuel -- et ce n'est pas de l'une qu'il faut dériver l'autre ; mais, comme on le voit dans l'étude de M. Max Dessoir [Zur Psychologie der Vita sexualis, 1894], elles surgissent toutes deux d'un état intermédiaire qui les précède et qu'il nomme l'indifférence sexuelle."
A. Raffalovich, "L'éducation des invertis", Archives d’Anthropologie Criminelle, n° 54, 15 novembre 1894.

"La répression de l'hétérosexualité est un des problèmes de l'avenir."
A. Raffalovich, "L'Uranisme (inversion sexuelle congénitale)", Archives d’Anthropologie Criminelle, janvier 1895.

« Pour pouvoir juger l’uranisme il faut l’examiner – tout comme l’hétérosexualité – neutralement. »
Dr A. Alétrino, « La situation sociale de l’uraniste », Compte-rendu des travaux de la 5e session, Congrès international d’Anthopologie criminelle, Amsterdam, septembre 1901.

Raffalovich avait développé la thèse du parallélisme des deux orientations sexuelles :

« Pour restreindre les dangers et les ravages de l’unisexualité, il faut restreindre les ravages et les dangers de l’hétérosexualité. Les hétérosexuels, par leur exemple et leur conduite, ont créé bien des invertis. C’est à eux maintenant de se réformer s’ils veulent réformer leurs frères non-conformistes. Il y a un rapport constant entre la conduite et les principes des unisexuels et la conduite et les principes des hétérosexuels. Le relâchement des uns est le relâchement des autres. Sexuellement, tous les hommes sont solidaires. »
« Les groupes uranistes à paris et à Berlin », Archives d’Anthropologie Criminelle, n° 132, 15 décembre 1904.

L’acceptation de l’homosexualité va ici de pair avec la volonté d’éliminer son aspect sexuel (ce que le Dr Marcel Eck appellera la tentation de l’angélisme) ; ce n’était évidemment pas le cas d’André Gide, dès la première version de Corydon :

« L’homosexualité, tout comme l’hétérosexualité, comporte tous les degrés, toutes les nuances : du platonisme à la salacité, de l’abnégation au sadisme, de la santé joyeuse à la morosité, de la simple expansion à tous les raffinements du vice. »
C. R. D. N. , Premier dialogue.

En 1948, les traducteurs du premier « Rapport Kinsey » ont contribué à une plus grande diffusion d’hétérosexualité, en particulier avec leur « Échelle des classifications pour l’hétérosexualité et l’homosexualité » en sept classes. L’intention était de mettre en parallèle les deux types de comportement et d’intégrer dans la société les homosexuels exclusifs jusque là marginalisés. Pierre Démeron a lui aussi tenté de promouvoir l’équivalence des deux comportements, dans une argumentation quelque peu sophistique :

« L’homosexualité, paraît-il, ferait courir un grave danger à la jeunesse. À qui viendrait-il à l’esprit d’accuser l’hétérosexualité de faire courir un danger aux petites filles ? Je ne sache pourtant pas qu’il y ait plus de maniaques qui s’attaquent aux petits garçons qu’aux petites filles. »
Lettre ouverte aux hétérosexuels, 1969.

HÉTÉROSEXUEL, adj. et sub.

De l’allemand Heterosexual (lettre de Kertbeny à Ulrichs, mai 1868).

"On croyait autrefois, lorsqu'un homosexuel avait maltraité ou même tué un individu masculin, que le fait était très fréquent parmi les homosexuels. Pourtant, lorsque l'acte de cruauté a une origine sexuelle, il est très rare et dans tous les cas pas plus fréquent que dans les cas d'amour hétérosexuel [heterosexualen Triebe]."
Dr A. Moll, Les Perversions de l'instinct génital, 1893.


"Au lieu de s'apitoyer sur le sort tragique des invertis-nés (sort qui n'est pas plus tragique, quand ils valent quelque chose, que celui des hommes hétérosexuels de même valeur), si l'on essayait, dès l'enfance, de les aider, de leur apprendre à se surmonter, à se surpasser, ce serait un service à rendre à l'humanité."
A. Raffalovich, "L'éducation des invertis", Archives d’Anthropologie Criminelle, n° 54, 15 novembre 1894.

"Il n'y a pas de ligne de démarcation entre les hétérosexuels et les homosexuels [...] L'homme qui se laisse dominer par sa sexualité est sexuel avant d'être uraniste ou hétérosexuel. L'homme qui est au-dessus de sa sexualité peut, sans danger pour lui ou pour les autres, être homosexuel ou hétérosexuel."
A. Raffalovich, "L'Uranisme (inversion sexuelle congénitale)", Archives d’Anthropologie Criminelle, n° 55, 15 janvier 1895

« La période d’indifférence sexuelle, aussi bien que le fait qu’un individu qui a toujours été hétérosexuel acquiert parfois, sous l’influence du milieu, des penchants homosexuels qui disparaissent aussitôt que les circonstances sont favorables à la manifestation hétérosexuelle, prouvent que l’uranisme n’est pas une anomalie. […] Tous ceux qui appronfondissent un peu la question de la prostitution et celle de la vie sexuelle des hétérosexuels, acquièrent la conviction que l’influence dépravante exercée sur la société par les hétérosexuels est plus forte que celle des homosexuels. »
Dr A. Alétrino, « La situation sociale de l’uraniste », Compte-rendu des travaux de la 5e session, Congrès international d’Anthopologie criminelle, Amsterdam, septembre 1901.

Cette largeur de vues avait été critiquée, notamment par le Dr J. Crocq :

« En lisant ce rapport [d’Alétrino], du reste très adroitement présenté, on se demande pourquoi l’auteur ne poursuit pas jusqu’au bout ses déductions, pourquoi il ne conclut pas que l’uraniste est supérieur à l’hétérosexuel et qu’il y aurait lieu, à l’avenir, d’encourager l’inversion sexuelle par des mesures légales. Si cette conclusion ,’est pas stipulée dans le rapport, elle s’y trouve cependant en essence, car du moment où les uranistes peuvent-être utiles à la société, du moment où leurs pratiques sont moins conséquentes que celles des hétérosexuels, il y a lieu nécessairement de les protéger et de favoriser leur développement. »
Compte-rendu des travaux de la 5e session, Congrès international d’Anthopologie criminelle, Amsterdam, septembre 1901.

« Il est aisé, pour un pédéraste, de passer pour chaste aux yeux d’un hétérosexuel. Par contre, le vrai chaste est aisément soupçonné par l’homosexuel de n’être lui-même qu’un homosexuel qui se défend de l’être et se résiste, ou qui s’ignore. »
André Gide, Journal,  12 mars 1938.

«  Nous refusons de croire que l’amour d’un inverti présente les mêmes caractères que celui d’un hétérosexuel. Le caractère secret, interdit du premier, son aspect de messe noire, l’existence d’une franc-maçonnerie homosexuelle, et cette damnation où l’inverti a conscience d’entraîner avec lui son partenaire : autant de faits qui nous paraissent influencer le sentiment tout entier et jusque dans les détails de son évolution."
Jean-Paul Sartre, Présentation des Temps Modernes, ler octobre 1945.

« Y a-t-il de bonnes mœurs ? Et les hétérosexuels sont-ils si sûrs de les pratiquer ? Sont-ils sûrs d’eux-mêmes d’ailleurs ? Et n’y a-t-il pas souvent en eux un homosexuel qui s’ignore ? Et dans ce cas, le fossé qui sépare hétérosexuels et homosexuels est-il aussi profond que la bêtise, l’ignorance et les préjugés voudraient le faire croire ? »
Pierre Démeron, Lettre ouverte aux hétérosexuels, Albin Michel, 1969, Avis de l’éditeur.

 « Là-bas tout le monde est servi, il y en a pour tous les goûts : des homosexuels, des hétérosexuels, des travestis... C'est Sodome et Gomorrhe réunis. Mieux, même, parce qu'il y a également des lesbiennes. »
Michel Houellebecq, Plateforme, chapitre 7, 2001.

HÉTÉROTE

" Un seul ministère ? Et pourquoi pas plusieurs ? Exigeons un ministère de la Famille hétérote. Et un pour la Famille homote. Et un autre pour les bi. "
François Miclo, " Famille : le pluriel ne vaut rien ", 4 mars 2016
Termes de la série HOMO-

Retour lettre H

Aucun commentaire: