dimanche 12 avril 2015

DFHM : F - faire en bi à frère

Extrait de mon Dictionnaire français de l'homosexualité masculine.

FAIRE EN BI

Expression entendue dans un club échangiste en Allier, vers 2010.

FAIRE EN FRONT

« Canillac jure dit-on
De ne jamais faire en front,
Ce n’est qu’une médisance ;
Après quinze ans d’abstinence ,
Le malheureux s’est jeté
Dans le plus grand trou de France,
C’est la pure vérité. »
Note : Il était grand sodomite ; et devait la plus grande partie de sa fortune à Philippe duc d’Orléans. Il venait d’épouser le 5 février 1697 Élisabeth Ferrand.
Recueil Maurepas, mss fr BnF 12624, tome 9, page 212, année 1697.

FAIRE LA FEMME

Expression du langage parlé, mais que l’on trouve dans le roman de André Tabet Rue de la marine (1938).

FAIRE LES HOMMES, FAIRE DANS LES HOMMES

Expression en usage dans les clubs échangistes, au moins en Auvergne, années 2000.

FAIRE LES VACHES

Se livrer à la masturbation mutelle, dans l’argot homosexuel contemporain (argot des routiers notamment)

FAISANT

« Être faisants […] ailleurs c’est Copins […] idiotisme bien difficile à traduire […] Nous nous habituâmes, comme deux amants, à penser ensemble, à nous communiquer nos rêveries […] le naturel aimable et bon empreint dans ses sentiments, dans ses paroles, dans ses actions et ses moindres gestes, enfin dans la conjugalité qui nous liait l’un à l’autre, et que nous exprimions en nous disant Faisants. »
Honoré de Balzac, Louis Lambert, 1832.

FAUSSE MONNAIE

Expression à rappocher d’arracheur de palissades.

« Les crieurs [...] nommaient grossièrement ce que devait cacher la pudeur, et qui excitait la curiosité de l'innocence. On va punir des gens qui ont fait de la fausse monnaie répondit la princesse de Condé à ses enfants. »

Mémoires du duc de richelieu (1696-1788), tome 5, chap. 4, à propos de l'exécution de Duchauffour en 1726.


« Le convive. ­ C¹est que le Grand Frédéric a la réputation de ne prendre pour le servir que de très jolis pages.
Fleury. ­ Eh bien ?
Le convive. ­ Eh bien ! vous avez lu l¹églogue de Virgile ? Celle qu¹on n¹explique pas au collège ? !
Fleury. ­ Virgile ! je ne comprends pas.
Le convive. ­ Tant pis ! Monsieur de Villette, le grand Frédéric et Virgile diantre !
Mme Benoît. ­ Ils ont battu et battent de la fausse monnaie. »
Mémoires de Fleury, i, 127.

FAUTE D’ORTHOGRAPHE

« Que la pédérastie ait été en vogue en Amérique, avant l’arrrivée des Espagnols, cela ne me surprendrait pas : cette faute d’orthographe de la nature humaine est connue de toutes les nations, même plus de celles que nous appelons policées, que des Sauvages ; mais Mr de P[auw] aurait dû faire attention à une chose ; c’est qu’il n’y a guère que les tempéraments chauds, lubriques, et même vigoureux, qui soient dans ce cas ; heureusement pour la propagation de l’espèce, je ne crois pas que cette confrérie soit fort nombreuse dans l’un et l’autre hémisphère. »
La Douceur, De l’Amérique et des Américains, 1772, chapitre VII « Continuation du précédent et polissonneries philosophiques. »

En anglais, on a parlé de grammatical mistake (The Morning Herald, 27 novembre 1784, cité par J.-Cl. Lebensztejn, La Nouvelle méthode d’Alexander Cozens, 1990, p. 349).

FAUX AMOUR

« Le faux Amour se pavane à toute heure. »
Voltaire, Anti-Giton, 1714.

FELLATEUR

« Je ne touche point ici aux masturbateurs, irrumateurs, fellateurs, encore que cela soit spécifique et journalier à ceux de delà les monts, et à ceux de par deça qui ont étudié autour d'eux, abomination qui semble bourgeonner par la France à leur imitation. »
Antoine Fusi, jésuite puis pasteur, Le Franc-Archer de la vraie Église, contre les abus et énormités de la fausse, 1619.

« Je suis gêné de plus en plus par "mon fils, j’ai fait ma nuit" et par le jeune fellateur de nos amis. »
Gustave Flaubert, lettre à Guy de Maupassant, fin février 1880.

FIERTÉS

La "Marche des fiertés" revendique le droit à la famille pour les homosexuels.


Plusieurs centaines de milliers de personnes ont défilé, samedi 25 juin [2005], à Paris pour la "Marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans" (LGBT) avec comme principale revendication une loi pour le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels.
http://www.lemonde.fr   25 juin 2005.

FILLE

« Le Complaisant, la Tapette, la Fille, car ce n’est que de cette manière qu’ils s’appellent entre eux – ces singularités vivantes – naissent généralement en tout semblables à des créatures féminines. »
Confession d’Arthur W. [1874], dans H. Legludic, Attentats aux mœurs, 1896.

FILLE À PÉDÉ

Dans le milieu homo, on désigne parfois ainsi une femme appréciant la compagnie des homos.

FIOTTE, FIOTTERIE

« Fiotte : terme très méprisant désignant un pédéraste passif. »
Evariste Nougier, Dictionnaire d’argot, N. Gauvin, 1987 [1899-1900].

« Regarde comme ils sont heureux tes "Français de race" d'avoir si bien reçu les Romains... d'avoir si bien tâté leur trique... si bien rampé sous les fourches... si bien orienté leurs miches... si bien avachi leurs endosses. Ils s'en congratulent encore à 18 siècles de distance !.. Toute la Sorbonne en jubile !... Ils en font tout leur bachot de cette merveilleuse enculade ! Ils reluisent rien qu'au souvenir !... d'avoir si bien pris leur pied... avec les centurions bourrus... d'avoir si bien pompé César... d'avoir avec le dur carcan, si étrangleur, si féroce, rampé jusqu'à Rome, entravés pire que les mulets, croulants sous les chaînes... sous les chariots d'armes... de s'être bien fait glavioter par la populace romaine... Ils s'esclaffent encore tout transis, tout émus de cette rétrospection... Ah! qu'on s'est parfaitement fait mettre!... Ah! la grosse ! énorme civilisation !... On a le cul crevé pour toujours... Ah ! mon popotas !... fiotas ! fiotum !... Ils s'en caressent encore l'oigne... de reconnaissance... éperdue... Ah! les tendres miches !... Dum tu déclamas !... Roma !... Rosa ! Rosa !... Tu pederum !... Rosa ! Rosa ! mon Cicéron ! »
Louis-Ferdinand Céline, Bagatelles pour un massacre, 1937.

« Les petites fiottes d’ajourd’hui ? Elles sont tellement viriles qu’il en faut trois pour obtenir une paire de couilles ! »
Thierry Martin, Garçon, une banane ! Brèves de comptoir gay, H et O, 2001.

« rue Sainte-Croix de la fiotterie »
Internet, 2004. (pour « de la Bretonnerie », dans le Marais).

« Observatoire (IP:xxx.x26.58.94)
"Christian Vanneste est ridicule..."
C’est à ces électeurs d’en décider.
On verra ce qu’ils pensent de son combat, lors des prochaines législatives.
Et s’il fait un carton dès le premier tour, ce sera un message très fort envoyé à toute la fiotterie française. »
AgoraVox, 26 juillet 2006.

Terme encore trouvé sur http://www.agoravox.fr en 2008.

FISTER

Pratiquer un fist-fucking.

« Est-ce que fister c'est tromper ? »
Pierre Driout, courrier électronique, 19 novembre 2002. Allusion à la question posée par Thierry Ardisson à Michel Rocard : « Est-ce que sucer c’est tromper ? »

FLÉAU SOCIAL

« La recrudescence [des maladies vénériennes] est due au développement considérable de l’homosexualité dans tous les pays, ce qui donnerait raison à un membre de cette assemblée [Paul Mirguet] qui a fait adopter un amendement lors de la discussion [en juillet 1960] de la loi sur la lutte contre les fléaux sociaux. Comment lutter contre cette recrudescence ? En s’attaquant, comme le Parlement nous a invité à le faire, à l’homosexualité. C’est ce que les premiers décrets d’application [sic, pour ordonnance] ont fait en particulier en aggravant les peines prévues par l’article 330 du Code pénal [outrage public à la pudeur ; ordonnance de novembre 1960], et, également, en veillant à une application stricte des dispositions légales relatives à la prophylaxie antivénérienne. »
Bernard Chenot, Assemblée Nationale, séance du 21 juillet 1961.

Titre d’un périodique publié de 1972 à 1974 à Paris par le groupe 5 du FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire)

FOLLASSE, FOLLASSON

Dérivé péjoratif de folle :

« Follasse : homosexuel aux manières efféminées »

« Dans chaque club, les garçons se tiennent sur la scène très éclairée par petits groupes de quatre ou six ; ils portent la tenue distincte de l'établissement et de sa spécialité, minimale et sexy : maillot 1900 à bretelles ou cycliste pour les athlètes, boxers shorts, strings pour les minets ou pseudo-voyous, les follassons ont droit à des mini-jupes. »
Frédéric Mitterrand, La Mauvaise Vie, Robert Laffont, 2005.

FOLLE

D’abord un surnom en usage sous le Second Empire, selon le Dr Ambroise Tardieu :

« Comme point de comparaison avec les prostituées, je citerai quelques uns des surnoms par lesquels étaient désignés les principaux individus rangés parmi les tantes et les leveurs : Pistolet, la Grille, le Patelot, Macaire, le Gendarme, Coco, l’Auvergnat, Pisse-Vinaigre, Tuyau-de-Poêle, la Marseillaise, la Nantaise, la Pépée, la Bouchère, la Léontine, la Folle, la Fille à la mode, la Fille à la perruque, la Reine d’Angleterre. » (1857)

Une remarque du policier Carlier éclaire le succès de ce terme :

« Nous avons assisté, au temps de notre jeunesse, à un bal de folles à la Salpétrière ; plus tard, lorsque nous avons eu à intervenir dans des bals de pédérastes [ancêtres méconnus de la Gay Pride], le souvenir de la Salpétrière nous est toujours revenu à la pensée. »

Le mot n’est pas dans le Dictionnaire de Bruant, qui donnait pourtant une soixantaine d’équivalents argotiques de pédéraste ; le sens actuel apparaît dans … les années folles :

"Des éphèbes de dix-sept ou dix-huit ans minaudent et font les 'folles' ".
Henri Marx, Ryls, un amour hors-la-loi, Paris : Ollendorf, 1924.

« La fête des Fous de nos ancêtres, le bal des Folles de jours ! »
Charles-Étienne, Le Bal des folles, 1930.

En 1935, l’écrivain Maurice Sachs disait voir en folle le terme de prédilection des barmen montmartrois :

« Le collégien dit un pédé, quand le médecin dit un homosexuel, la femme : un anormal, le journaliste : un inverti, l’homme fort : une sale tante, le barman montmartrois : une folle, etc. »
Alias, chapitre III.

La "folle" est au pédéraste ce que le juif âpre et cynique est à "l’israëlite" : une revendication de sa caricature. Et le pédéraste convenable fréquente aussi peu la "folle" que le juif bourgeois le "pollak" ».
Roger Stéphane, Parce que c’était lui, 1953.

« Il faut qu’il y en ait, et il y en a, des juifs adipeux au nez crochu ou des folles tordues qui ressemblent à Daniel Ivernel dans L’Escalier, pour que les racistes, antisémites ou antihomosexuels, puissent nourrir leur phobie. »
Pierre Démeron, Lettre ouverte aux hétérosexuels, Paris : Albin Michel, 1969.

« Le rire du sergent
La folle du régiment
La préférée du Capitaine des Dragons. »
Michel Sardou, "Le rire du sergent", 1971.

"Affolée de bazar : folle à bijoux et collifichets jouant la reine du shopping."
J.-L. Delpal, Paris bleu tendre, 1972.

« Qui oserait, en France, déclarer à propos de la Gay Pride : 'Une parade de folles déchaînées n'a pas grand chose à voir avec les vrais homos' ? Cette phrase a été prononcée par le réalisateur Franco Zeffirelli, qu'on ne saurait accuser d'homophobie. »
Marianne, n° 168, 10-16 juillet 2000.

Le rejet des folles s’observe dans certaines annonces de rencontre :

« Folles, vulgaires, barbus, efféminés et gros s’abstenir. »
« Folles, SM, efféminés, barbus, s’abstenir. »
Années 1983-1984.

La fin du XXe siècle a vu des expressions telles que grande folle, folle démente, folle perdue, folle tordue, folle chiraquienne.

« Il faut qu’il y en ait, et il y en a, des juifs adipeux au nez crochu ou des folles tordues qui ressemblent à Daniel Ivernel dans L’Escalier, pour que les racistes, antisémites ou antihomosexuels, puissent nourrir leur phobie. »
Pierre Démeron, Lettre ouverte aux hétérosexuels, Paris : Albin Michel, 1969.

« "Quelques-uns adoptent des conduites affectives douteuses, formulent des critiques mettant en cause des réalités essentielles de la vie sacerdotale et contestent les vérités enseignées par l'Eglise." [Tony Anatrella]. C'est peut-être par là qu'il aurait fallu commencer, et terminer : si vous avez quelques « folles » perdues qui prennent le séminaire pour un baisodrome ou une tribune, ou des pervers qui veulent entrer dans l'Église sans en partager la foi, virez-les et n'en faites pas un fromage. »
Jean-Paul Mulot, "À propos de l’homosexualité des prêtres", Le Figaro, 2 décembre 2005.

FOLLITUDE

Vous en avez assez de la "culture gay" qui lave plus blanc. Vous voulez du trans, du pédé, du gouine, du trash, de la follitude, de l'underground, de l'expérimental, de l'étrange, de la réflexion sur les genres, du silicon et des poils avec de la poésie et de l'humour autour ? »
Annonce du Festival 2003 de films gays et lesbiens de Paris,

FOUTERIE À VISAGE RETOURNÉ

« C’est à ce maître si connu [de Villette], si zélé pour les sectateurs de Gomorrhe, que je dois mes notions sur la fouterie à visage retourné , c’est un de mes passe-temps délicieux. »
Compère Mathieu, Suite des Pantins des Boulevards, 1791.

FOUTERIE DES HOMMES

« Entendant un des garçons du cabaret parler de la fouterie des hommes, il avait cru qu’il en était. »
Rapport de la police parisienne, juin 1726.

FOUTERIE EN CUL

L’expression imagée se trouve dans le pamphlet Les Petits bougres au Manège (1790) : « Voici le fait [de la destruction de Sodome], tel qu’il est consigné dans les fastes de la fouterie en cul. »

FOUTERIE NATURELLE

Antonyme abstrait du précédent.

"Il ne serait point question de fouterie naturelle. On n'y occuperait ses forces et son temps qu'à soulager les ardeurs de la bougrerie, de la pédérastie et de la bardacherie."
Bordel apostolique institué par Pie VI pape en faveur du clergé de France, 1790.

FOUTERIE ORDINAIRE

« Tant que nos besoins pécuniaires ou notre goût pour la fouterie ordinaire nous ont fait une nécessité de nous servir de couilles et de pines, nous avons porté une partie des désagréments sans nombre, des incommodités inséparables du métier de putains. »
La Liberté, ou Mlle Raucour, 1791.

FOUTRE À L’ENVERS

« Dieu le père encule Marie,
Le Saint-Esprit fout Zacharie,
Ils ne foutent tous qu’à l’envers ;
Et c’est sur un trône de fesses,
Qu’avec ses superbes promesses,
Dieu se moque de l’univers. »
Marquis de Sade, Histoire de Juliette [1801], 4ème partie [parodie de l’Ode à Priape de Piron], in Œuvres, Paris : Gallimard, 1998, édition Michel Delon.

FOUTRE EN CROUPE, FOUTRE EN CUL

« Je m'en rapporte au Novus Homo [Sanchez] qui fait mention de ces grands personnages qui savent foutre en croupe, pêcher la fiente à la ligne, courir la lance contre la lie de pain, et ce en dépit des sages-femmes, et du baptême. »
Antoine Fusi, 1650-1628), jésuite puis pasteur, Le Franc-Archer de la vraie Eglise, II, viii, 1619.

« Mon Dieu, je me repends d'avoir si mal vécu,
Et si votre courroux à ce coup ne me tue,
Je fais voeu désormais de ne foutre qu'en cul. »
Théophile de Viau (1590-1626), Philis, tout est foutu ..., Recueil Conrart, XVIII, 226.

« Cette Maison est impudique :
Les pages s’y branlent la pique,
Les gardes foutent les exempts.
Pour achever la bougrinière,
On dit que très assurément,
Guitaut fout en cul la Rallière. »
Baron de Blot, Parnasse satirique.

« Il m’a dit qu’il avait foutu en cul au milieu de la rue des Saints-Pères un jeune homme qu’il avait entretenu longtemps, nommé Picard. »
Rapport de la police parisienne, 1727.

« Marmontel
Ce folliculaire ignorant [Fréron],
Cet infâme petit vaurien,
À qui maître Guyot [Desfontaines] mourant
Légua deux emplois pour tout bien,
Un à Sodome, un au Parnasse,
Bougre et méchant très avéré,
Dans sa dernière paperasse
M’a cruellement déchiré.
Collé
Je le lui rendrais bien à ta place.
Marmontel
Et pour cela que ferais tu ?
Collé
Pardieu, je le foutrai en cul. »
Diderot, Petit Dialogue entre Marmontel et Collé.

« Des sodomites :
Il y a trois espèces de gens qui foutent en cul. Il y a bien peu d’hommes à qui cela ne soit arrivé une fois dans sa vie, par curiosité, par ivresse, par ennui ou autrement, nous ne parlons que de ceux à qui cela arrive habituellement.
Ceux qui enculent des putains […]
Ceux qui enculent leur propre femme […]
La troisième espèce est de ceux qui enculent des mâles. »
Dom bougre aux États Généraux, 1789. (BnF, Enfer).

« Nous nous rendons respectivement et tour à tour le service de nous foutre en cul, de nous gamahucher [sucer]. »
Anonyme, Bordel apostolique …, 1790. (BnF, Enfer)

"Le fils de la Vierge foutait en cul saint Jean."
Anonyme, Bordel apostolique, 1790.

FRANC DU COLLIER

"Il [Louis XIV] était, comme on dit ici, franc du collier [en français dans le texte]. Il n'a jamais eu la moindre pente au vice d'aimer les garçons. S'il avait suivi son inclination, il aurait fait punir sévèrement ce vice, mais Louvois, dont les amis s'y livraient pour la plupart, disait au Roi, pour les sauver, que cela valait mieux pour le service de Sa Majesté que s'ils étaient galants et aimaient les femmes."
Lettre de Madame, princesse Palatine, à Caroline de Galles, 7 août 1717

FRÉGATE

« Frégate : jeune sodomiste ou putain de galère. »
Ansiaume, 1821.

« Frégate : jeune pédéraste. Terme des bagnes. »
Vidocq, Les Voleurs, 1837.

« La pédérastie est dans les habitudes des forçats. Au bagne, on appelle vaisseau le pédéraste et frégate son complice. »
Revue pénitenciaire et des institutions préventives, oct.-déc. 1846, p. 493.

« Frégate : émigré de Gomorrhe, – dans le jargon des voleurs. »
Rigaud, 1881.

FRÈRE

Avec la connotation qui nous intéresse, se rencontre dans les traductions françaises de frater dans le Satyricon de Pétrone. Dans l’extrait qui suit, il y a certainement une allusion à cette œuvre :
« Leurs discours ressemblent à leurs mœurs, ils ont un langage à part ; plein d’affèterie, ils s’appellent entre eux Frères, Gitons et Ganimèdes. Ces noms bizarres sont leurs noms d’amitié. Ils ont parmi eux un Ordre de Chevalerie dont on ignore l’origine et les prérogatives. »Histoire du prince Apprius, 1728.

Aucun commentaire: